STOP ACID ATTACKS

Elles ont été victimes d’attaques à l’acide quand elles étaient encore très jeunes. Par des personnes qui voulaient les défigurer, détruire leur identité, qui pensaient pouvoir faire n’importe quoi à des femmes du fait qu’elles étaient femmes, pensant ainsi les pousser vers l'obscurité et le silence. En 2013, elles ont fait campagne à Delhi pour aider et réhabiliter les victimes d’attaques à l’acide. Depuis, l’action de «Stop Acid Attacks» s’est étendue dans toute l’Inde. Ses membres vont à la rencontre des survivants, dans leur famille, les poussant à se mobiliser et à rejeter la fatalité. Ils interviennent quand la police ne prend pas en charge correctement les plaintes. Ils assurent le suivi du traitement médical et des procédures judiciaires. Ils signalent également les nouveaux cas aux autorités et aux médias locaux.


Les jeunes-filles de «Stop Acid Attacks» ne veulent pas vivre cachées. Elles créent des lignes de vêtements, ont ouvert un café-restaurant à Agra, elles font de la peinture. Elles veulent sourire, elles construisent leurs projets de vie. Elles interagissent également avec d'autres minorités comme les victimes de viols, les communautés LGBT ou les personnes âgées abandonnées par leur famille. Elles refusent d'être appelées «victimes» et préfèrent le terme de «combattantes».