VARANASI

Imaginez-vous, au lever du jour, dans un dédale de ruelles clair-obscur d’une ville moyenâgeuse. Elles sont minuscules, sinueuses, et vous les parcourez en vous demandant ce qui pourrait bien se trouver derrière ces dizaines de portes entrouvertes, donnant droit au coeur de maisons datant de plusieurs centaines d’années.


Des silhouettes mystérieuses en sortent, drapées de soie ou enveloppées dans un drap blanc. Elles partent en silence, toutes dans la même direction. Vous les suivez. Des sons de cloche retentissent au loin. Voilà le Gange sacré qui coule en contrebas. Il est 5 heures du matin et les Hindous vont s’y baigner ou y faire leurs rituels d’ablutions. Vous arpentez les ruelles de cette ville qui s’éveille, en contournant les taureaux massifs qui dorment un peu partout et qui bloquent le passage. Vous vous sentez envoûté par les chants sacrés qui résonnent au loin et dont vous ne pouvez situer la provenance. Un sentiment puissant vous envahit complètement, à l’idée de vous dire que vous êtes enfin arrivé dans la plus sainte des villes hindoues…Varanasi.